User-agent: Mediapartners-Google* Disallow: TROUVEZ PIRE CRAPULE SAMBA-SAMBELIGUE Wilfried - ENTENTE avec le juge pour saboter la procédure de son client !

金沙老平台是哪一-官方网站[welcome]

Accueil

Dérapages dans le département 38 juges régisseur huissiers no-tai-res  a-vo-c-a-t-s  gendarmes  po- li- ci- er- s  assermentés  Maires     Préfet    et sur le reste de la France 

(Association de malfaiteurs ?) Trouvez pire ordure cet avocat qui se présente au DAUPHINÉ dit LIBÉRÉ comme un défenseur social ?
Placé au barreau par Jean-Yves BALESTAS pour poursuivre exactement les mêmes crapuleries : Obstruction à la justice, falsification de procédures, entente crapuleuse avec le juge comme masquer le pot de vin à un notaire pour la dépossession de René FORNEY...
Un exemple d'extorsion de fonds d'une avocate au barreau de GRENOBLE mise en examen,
ils ont l'impunité !

Texte recopié ci-dessous
Théatre ? Un acteur bien hypocrite


C'est prouvé ! Doit-il sa prospérité par ces trafics illicites de corrompu ?
Texte recopié ci-dessous




 

 
Le nouveau bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Grenoble
" Les avocats doivent aller à la reconquête de la société "

A 47 ans, Wilfried Samba­Sambeligue est devenu, le 1er janvier, le bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Grenoble. À peine plus de dix ans après avoir prêté serment. Comment cet homme né au Congo-Brazza ville, arrivé en France à la vingtaine et ancien juriste de la CGT voit-il son mandat, son barreau et ses confrères ?

-1 Comment décide-t-on de devenir bâtonnier ?

«Je suis entré au conseil de l'ordre quand Jean-Yves Balestas était bâtonnier. C'est lui qui m'a demandé de le rejoindre. Il m'a confié la présidence de la commission Droit social et mes pairs m'ont confié la responsabilité de l'association culturelle du barreau.

Je suis persuadé que l'on peut servir son barreau et ses confrères sans être au conseil de l'ordre. Mais, très vite, je me suis rendu compte que si l'on veut impulser une dynamique, il faut être bâtonnier. Si vous avez quelques ambit ions pour votre barreau et quelques idées, vous devez accéder à ce rôle. Si vous voulez donner une dynamique ou une orientation, il faut se présenter.»

Quelles sont les orientations que vous souhaitez donner ?
«Je fais un constat : notre barreau a doublé de volume en quelques années. Si le bassin d'emploi a un réel dynamisme, l'augmentation de l'activité économique de notre zone n'est pas exponentielle.

L'activité d'avocat ne peut être renfermée sur elle-mêm e. Les avocats doivent intég rer des champs plus variés, ils doivent être les acteurs de la société. Nous devons aller à la reconquête de la société, tant pour les personnes que pour les entreprises, Nous devons gagner la confiance de la société. La confiance rie se donne pas, elle se mérite. »

- Cette ouverture sur la société, sur le monde de l'entreprise, passe-t-elle par une déréglementation de votre profession comme le propose Emmanuel Macron ?

« La profession d'avocat n'est pas une profession ordinaire. L'avocat porte des préoccupations qui ne sont pas banales. Et dans le champ des activités réglementées, il n'y a pas aussi ouverte que celle d'avocat.

Mais la loi Macron et l'idée d'une déréglementation de notre profession posent d'autres problèmes. L'avocat, c'est d'abord un conseil. Et le justiciable a besoin d'avoir des garanties qu'un statut particulier donne. Mais c'est un débat dont doivent se saisir les avocats. Soit on se saisit de ces questions et on voit avec les pouvoirs publics ce qu'il convient de faire ou ne pas faire. Soit on ne dit rien et la société nous impose ses changements. Nous avons les moyens de nous saisir de ces questions. »

- Pensez-vous que les avocats doivent s'emparer de certains sujets de société et être force de

proposition notamment auprès des parlementaires pour faire évoluer les lois ?

« II faut être actif et pragmatique. Mais je pense que chacun doit rester dans son domaine. Ensuite, je vous rappelle que de nombreux parlementaires sont déjà avocats, ce qui n'empêche pas que certains textes ne vont pas toujours dans le bon sens. »

- Parlant du droit de la famille et notamment des divorces, le premier président près la cour d'appel de Grenoble suggère des allégements dans lesquels les avocats auraient plus de place pour désengorger les tribunaux. Qu'en pensez-vous ?

« Un état démocratique qui veut s'assumer donne les moyens à sa justice. On n'a pas vocation à se substituer au législateur ou au magistrat. Ce sont des choix de société et cela dépend de quelle démocratie on veut. Les avocats ne sont pas opposés aux modes alternatifs, mais la justice doit garder sa place. »

- Le mandat de bâtonnier dure deux ans. Quel bilan aimeriez vous tirer dans deux ans ?

« Deux ans, c'est long et c'est demain. Si je parvenais à renouer les liens de confiance entre la société civile et les avocats, je pense que j'aurais atteint mon objectif principal. L'image de l'avocat qui attend les clients dans son cabinet, c'est fini. II faut aller au contact de la société. »

Propos recueillis par Benoit BOUY et Fabrice MARGAILLAN

L'INFO EN +
LE PREMIER BÂTONNIER D'ORIGINE AFRICAINE

« J'étais à la Conférence des cent (NDLR : rassemblement des bâtonniers des plus importants barreaux de France) et j'ai vu que j'étais le seul d'origine africaine. C'est une fierté . pour mon barreau, pas pour moi. Ils ont gommé mon apparence. Il faut vraiment être à Grenoble pour vivre ça ! Je suis fier de faire partie d'un barreau qui a été capable de positionner à sa tête quelqu'un d'origine étrangère et qui a un parcours atypique puisque j'ai tous mes diplômes de droit, mais je n'ai pas fait l'école d'avocat. Grenoble est un barreau d'avant-garde et d'avenir. »

Me Wilfried Samba-Sambeligue estime que les avocats doivent prendre leur place dans la société civile, et pas seulement dans les prétoires.« Si je parvenais à renouer les liens de confiance entre la société civile et les avocats, je pense que j'aurais atteint mon objectif principal », dit-il ainsi.

 

Voir l'original
« Avec la magistrature, le respect doit être réciproque »
DL 1 7 j anvier 2016

- Vous prenez la tête d'un barreau qui a la réputation - réelle ou fantasmée - de frondeur, qui met souvent en avant son impertinence et entretient parfois des relations tendues avec la magistrature...

« Si vous regardez le nombre de procédures disciplinaires engagées à Grenoble et ailleurs, vous vous rendez compte qu'il y en a moins qu'ailleurs. En revanche, elles peuvent être retentissantes... Mais j'ai d'excellents rapports avec mes confrères. Tous mes confrères, sans exception. Le rôle d'un bâtonnier est d'être capable d'apaiser et de ramener les choses à ce qu'elles sont. On peut tout dire. Dans la courtoisie et le respect mutuel. Dans la retenue et la tempérance. L'impertinence, ce n'est ni l'insolence ni le manque de respect. Le bâtonnier
est le garant de l'ordre qui doit régner dans un barreau. Cet ordre doit s'imposer à tous et le bâtonnier est là pour protéger ses confrères. Avec la magistrature, ce respect doit être réciproque. On entend parfois des juges dire à des confrères qui demandent des renvois parce qu'ils sont pris sur d'autres procès qu'ils vont procéder à des vérifications... Avant, la foi du palais avait un sens. Aujourd'hui, on fait parfois face à une justice qui fait de l'administratif. J'ai confiance en mes confrères, mais j'ai aussi confiance en la justice. J'ai le plus profond respect pour les magistrats parce qu'ils ont pour mission de juger. Mais la confiance que la société leur donne n'est pas un blanc-seing. Le respect réciproque est nécessaire pour éviter tout dérapage. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
金沙老平台是哪一