金沙老平台是哪一-官方网站[welcome]

Accueil  Objectif Rhône-alpes nov. 2002   L'express  Nouvelle République
 
25.000 frères à Grenoble ! ! élu en cause à Marseille       affairisme maçon
N° 57 - Du 7 au 13 juin 2008- Marianne - Une preuve de plus (à Montpellier) qui montre l'affairisme de certains francs-maçons ! Les juges vont-il confirmer en appel ?
Des inspections s' imposent sur le fonctionnement des autres lieux comme au 27 bd Joseph Vallier à Grenoble dans l'Isère.
(Voir une autre publication de cette affaire)


Francs-maçons
Ils devront rembourser

Émoi chez les « frères » : le tribunal administratif vient d'annuler les subventions aux loges maçonniques attribuées en 2004 et 2005 par la municipalité de Montpellier et le conseil régional - au total plus de 500 000 €. Saisis par l'Association des contribuables de l'Hérault, les juges ont estimé que les subventions incriminées étaient « dépourvues d'intérêt local » et avaient pour objet de rénover des locaux qui ne sont pas « ouvert à la population ». Le commissaire du gouvernement avait ouvertement douté de « l'intérêt de subventionner des associations tournées sur elles-mêmes, sélectives socialement et sexuellement ». La mairie et les loges font appel En attendant, les frères vont devoir mettre la main à la poche pour rembourser. J-M.

Bien vu !

 
Source wikipedia juin 2012 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvie_Andrieux
Sylvie Andrieux
Fonctions
Députée de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône
En fonction depuis le 12 juin 1997
Élection 1er juin 1997
Réélection 16 juin 2002 • 17 juin 2007
Prédécesseur Bernard Leccia
Conseillère régionale de PACA
23 mars 1992 – 25 mai 2009
Successeur François-Noël Bernardi
Biographie
Date de naissance 15 décembre 1961 (50 ans)
Lieu de naissance Marseille (Bouches-du-Rhône)
Parti politique PS
Diplômé de École supérieure de commerce
Sylvie Andrieux est une femme politique française, membre du parti socialiste, née le 15 décembre 1961 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

2 Affaire des subventions de la région PACA

Parcours politique
Fille du sénateur Antoine Andrieux (proche de Gaston Defferre), et filleule de la sénatrice Irma Rapuzzi, Sylvie Andrieux adhère au Parti socialiste dès l'âge de 15 ans (1976)1.
Après l'obtention d'un diplôme d'École supérieure de commerce2, elle entre à 22 ans (1983) à la Société coopérative de manutention (Socoma), créée notamment à l'initiative de son père et qui a longtemps fait office de « centre de formation des cadres du parti »3. Sylvie Andrieux a été vice-présidente de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF)4.
Revendiquant son appartenance au courant fabiusien5, elle obtient son premier mandat de conseiller régional à 31 ans (1992).
Elle quitte son emploi à la Socoma en 1997 (mais y conserve des parts3) après avoir été élue pour la première fois députée de la septième circonscription des Bouches-du-Rhône (quartiers nord populaires de la ville de Marseille). Elle y est réélue en 2002 et 2007.
Vie privée[modifier]
Sylvie Andrieux vit à Malmousque (Endoume, Marseille)6.
Franc-maçonne, elle est membre de l'ordre maçonnique mixte Le Droit humain7. Conformément à la règle interne de l'obédience qui veut qu'un frère ou une soeur qui fait l'objet d'une procédure judiciaire démissionne, elle a quitté l'obédience en 2011 après 20 années de présence8
Affaire des subventions de la région PACA

Cet article ou cette section est lié à une affaire judiciaire en cours.
Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
N’hésitez pas à participer et à citer vos sources.
Dernière modification de cette page le 2 juin 2012 à 07:40.
Sylvie Andrieux est impliquée dans une affaire de détournements de subventions du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur : 630 000 euros auraient ainsi été détournés via des associations fictives entre 2005 et 20099,10.
Elle s'en défend en prétendant être étrangère aux subventions suspectes, dont l'attribution dépendait selon elle des « responsables administratifs de la Région ». Mais suite à ces révélations, le président de la Région PACA, Michel Vauzelle, annonce qu'il lui retire la délégation à la politique de la ville qu'elle occupait en tant que vice-présidente du conseil régional11. Le 7 avril 2010, le bureau de l'Assemblée nationale lève son immunité parlementaire12.
Elle est mise en examen le 8 juillet 2010 « pour complicité de tentative d'escroquerie et de détournement de fonds publics » 13,14,15. Le 10 février 2012, le procureur de la République Jacques Dallest considère qu'elle est intervenue « très concrètement » pour attribuer des subventions à des associations inexistantes et qu'elle est au centre d'un « clientélisme politique » destiné à une « fidélisation de l'électorat et d'intérêts politiques »16. Le 29 mai 2012, elle est renvoyée devant le tribunal correctionnel pour « détournement de fonds publics »17. Malgré le fait que le PS lui a retiré son investiture le 31 mai 201218,19, Sylvie Andrieux annonce qu'elle maintenait sa candidature20,21.
Mandats électifs

23/03/1992 - 15/03/1998 : membre du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
19/06/1995 - 18/03/2001 : membre du Conseil municipal de Marseille (2e secteur)
01/06/1997 - 18/06/2002 : députée des Bouches-du-Rhône (7e circonscription)
19/03/2001 - 12/01/2003 : adjointe au maire de Marseille (7e secteur)
19/03/2001 - 12/01/2003 : membre du Conseil municipal de Marseille
16/06/2002 - aujourd'hui : députée des Bouches-du-Rhône (7e circonscription)
1998 - 2009 : vice-présidente du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
2007 : Réélue députée des Bouches-du-Rhône
2008 : Réélue conseillère municipale de Marseille

 
金沙老平台是哪一