金沙老平台是哪一-官方网站[welcome]

Accueil à Grenoble aussi : trafics d'influence entre élus, affairistes, notaires, procureurs qui protègent

Des responsables ? Le Point du 12 mars 2009 - - - Les écoutes : " en cour d'appel on connaît très bien le procureur " Nous sommes des milliers en France à subir ces trafics d'influence de procureurs dans un système judiciaire qui fonctionne comme au moyen âge où les seigneurs prélevaient sur le peuple sans possibilité de réagir.

Tous les médias reprennent la suite des informations diffusées par Médiapart sur Internet. (Voir aussi l'exposé vidéo)
Pour la fille BETTENCOURT Françoise MEYERS c'est la seule possibilité d'être entendue pour dénoncer la spoliation de sa mère dans un système où la plupart des médias sont sous contrôle de financiers puissants ou de membres de l'Etat choisis par ces financiers

SUITE pages 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75


_____________________________________________________________________________

mercredi 28 juillet 2010 20h36
La parquet enquête sur la Légion d'honneur de Patrice de Maistre

PARIS (Reuters) - Le dossier d'attribution de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, ancien employeur de l'épouse du ministre du Travail Eric Woerth, a été saisi par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), apprend-on auprès du cabinet du procureur.

"Le dossier est actuellement au parquet", a dit une porte-parole du procureur Philippe Courroye.

Les enquêteurs se sont fait remettre les documents par la grande chancellerie de la Légion d'honneur, a-t-elle précisé.

Patrice de Maistre a reçu la décoration des mains d'Eric Woerth fin janvier 2008, deux mois après l'embauche pour 200.000 euros par an de Florence Woerth dans sa société Clymène, qui gère la fortune de Liliane Bettencourt, l'héritière de L'Oréal.

La décoration a été attribuée sur le contingent du ministère de l'Economie.

Florence Woerth et Patrice de Maistre ont tous deux déjà été entendus par la police. La première a nié tout arrangement mais confirmé que c'était bien Patrice de Maistre qui lui avait proposé cet emploi à l'été 2007, soit quelques semaines après l'arrivée de son mari au Budget.

Patrice de Maistre a expliqué qu'Eric Woerth lui avait préalablement demandé de voir son épouse pour parler de l'évolution de sa carrière.

L'enquête a montré qu'à l'époque et depuis au moins 2006, Patrice de Maistre remettait des chèques de Liliane Bettencourt à Eric Woerth au titre du financement légal de l'UMP.

Eric Woerth était trésorier du parti majoritaire, poste dont il a récemment démissionné.

Thierry Lévêque, édité par Sophie Louet

© Thomson Reuters 2010 Tous droits réservés.


Similaire à l'affaire WILDENSTEIN

Une publication : http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE68305220100904

Le JDD évoque des lettres de remerciement de De Maistre à Woerth

samedi 4 septembre 2010 11h05

PARIS (Reuters) - Patrice de Maistre a écrit à Eric Woerth pour le remercier d'être intervenu en sa faveur afin de lui permettre d'obtenir la Légion d'honneur, écrit le Journal du dimanche dans son édition de samedi.

C'est un épisode de plus dans l'affaire Bettencourt-Woerth à même d'affaiblir encore le ministre du Travail, qui se prépare à défendre la réforme des retraites, mardi prochain à l'Assemblée nationale.
Eric Woerth a admis jeudi être l'auteur d'une lettre écrite en 2007 où il appuie la demande d'attribution de la Légion d'honneur de Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal.

Le ministre du Travail a toutefois ajouté qu'à ses yeux, ce geste n'avait pas de signification.

Le Journal du dimanche évoque deux courriers adressés par Patrice de Maistre à Eric Woerth, ministre du Budget à l'époque.

Le premier, datant de juin 2007, est un mot manuscrit dans lequel le financier "remercie" le ministre, qu'il appelle "cher Eric", de "son soutien".

Toujours selon le JDD, dans la deuxième lettre tapée à la machine, qui date de l'automne 2007, Patrice de Maistre remercie le ministre lui avoir obtenu la Légion d'honneur et lui demande de lui décerner la récompense.

Ce sera chose faite en janvier 2008.

Elizabeth Pineau, édité par Jean-Philippe Lefief

© Thomson Reuters 2010 Tous droits réservés.

On a l'habitude des magouilles des élus, les détournements de biens je suis concerné à Grenoble depuis 12 ans
金沙老平台是哪一